veste moncler homme soldes

veste moncler homme soldes

Un adolescent américain s'est brûlé au second degré après avoir relevé le «Fire challenge» lancé sur les réseaux sociaux. Capture d'écran / 20 Minutes

INTERVIEW - Spécialiste des comportements à risques chez les jeunes et du rapport au corps, le sociologue David Le Breton explique que ce défi appartient à une nouvelle génération de «rite de virilité»...

Apr s la neknomination ou le , c est au tour du d inqui ter les autorit s am ricaines. Ce nouveau d fi que se lancent les adolescents consiste s enduire le corps de liquide inflammable avant d y mettre le feu.

par

Une immolation volontaire que les jeunes filment et s empressent de diffuser sur les r seaux sociaux. Particuli rement dangereux, le d fi a d j fait de nombreuses victimes hospitalis es pour des br lures. Le sociologue David Le Breton*, professeur l universit de Strasbourg, analyse ce ph nom ne pour 20 Minutes.

Pourquoi les jeunes se lancent-ils des d fis de plus en plus dangereux?

Relever ces d fis constitue un rite de virilit . D ailleurs, ce sont quasiment exclusivement des gar ons qui se les lancent. Si la qu te de virilit n est pas r cente, ces d fis sont vraiment nouveaux puisqu ils utilisent Internet. Avant, le d fi tait celui qui crache le plus loin . Les rites restaient alors des ph nom nes de bandes et faisaient merger un cador du quartier. Mais aujourd hui, il s agit de s imposer comme celui qui a le moins froid aux yeux.

Pour tirer leur pingle du jeu et montrer qu ils sont plus forts que les autres, . Et avec l mergence des r seaux sociaux, nous assistons une surench re dans les d fis. En r alisant quelque chose d extraordinaire, les jeunes pensent obtenir la gloire et avoir l toffe d un h ros. Aujourd hui, avec la diffusion des vid os sur Internet, le jeune qui a relev le d fi acc de imm diatement la notori t . Le gar on le plus m diocre dans sa vie commune devient grandiose.

Les adolescents ont-ils conscience des risques de ces d fis?

G n ralement, non. Certains jeunes savent ce qu ils font, maisd autres vont trop loin. Ilsn ont pas le sentiment du tragique de la mort, ni de son irr versibilit . En r alisant ces d fis, les jeunesjouent avec la mort, tout en ayant la certitude de s en sortir. Chez les gar ons de cet ge, il y a une d n gation de la mort:ils consid rent qu elle ne peut pas les atteindre, qu elle ne concerne que les autres.

Ces d fis repr sentent donc un v ritable jeu avec la mort, qui s installedans la d marche de l ordalie:en se mettant en danger, on s en remet au sort de dieu. Pour le jeune, il n y a pas la volont de se tuer, mais de se laisser une chance. M me sile risque de mort est particuli rement tangible, ilse metdans la gueule du loup.

Peut-on emp cher ces comportements?

Le fire challenge ne fait pas partie des traditionnelles, telles que le ou l anorexie. Il est donc tr s difficile d y rem dier, puisque ce comportement chappe compl tement la pr vention. Les parents?Bien souvent, ils ignorent totalement ces pratiques de leurs enfants et sont sid r s quand ils les d couvrent par la suite.

Le fire challenge risque-t-il de s importer en France?

Il est peu probable que ce d fi ne concerne queles jeunes Am ricains. Imm diatement mondialis sur le net, il a pu se r pandre dans les pays voisins. Le principe de ces d fis est de toujours faire mieux que l autre. Alors pour effacer la notori t provisoire du premier et le supplanter, d autres jeunes, dans d autres pays, se lancent le d fi.

Le fire challenge n est certainement pas le dernier d fi dont nous entendrons parler. Il existe d innombrables jeux dangereux. Nous verrons merger d autres types de d fis, qui vont de pair avec la mondialisation d Internet et la qu te de virilit .


Related Articles:
magasin moncler
doudoune moncler france
moncler homme site officiel
bonnet moncler pompon
moncler doudoune france
moncler usine