moncler paris boutique

moncler paris boutique

Elle a du caractère. Pas de doute. Elle vient d'avoir 50 ans. Elle est mince, vive, rousse au teint clair et à la voix fruitée. Elle a quitté son bureau de la place Colette il y a déjà quelques jours. Les tutelles ne lui ont encore rien proposé. Ses prédécesseurs, lorsqu'ils devaient abandonner leur poste d'administrateur général, se voyaient confier une compagnie «hors commission» dotée d'une subvention confortable. Ce fut le cas pour et .

, quant à elle, rêve d'autre chose. Elle aspirait à une ambassade ou à la présidence de l'Institut français. Elle aime l'international, comme on dit, et elle a d'ailleurs développé avec détermination les grandes tournées internationales de la . Sa fibre politique ne fait pas de doute. Elle a conseillé Nathalie Kosciusko-Morizet mais elle est forte de solides amitiés sur tout l'échiquier et de beaucoup de fervents admirateurs, tel Hugues Gall. C'est une personnalité forte. Il serait dommage de ne plus compter avec elle.

Si une partie des comédiens l'a désavouée dans une lettre à en décembre dernier, même ses ennemis déclarés reconnaissent que son bilan est très intéressant. Avec ses 450 personnes au travail qui illustrent à merveille l'image de la Ruche, la maison brille de tous ses feux et la troupe est resplendissante. Depuis son entrée en fonction en 2006, l'administratrice générale l'a renouvelée à 50 %. Elle a choisi des jeunes, telle Adeline d'Hermy, ou des talents confirmés, tel Laurent Lafitte, Danièle Lebrun, Didier Sandre ou Samuel Labarthe sans jamais faire d'ombre à ceux qui étaient déjà là. Un grand travail. Les comédiens-français sont des stars, comme ils l'étaient du temps de Robert Hirsch et Jacques Charon.

et ,et, bien sûr,sont les plus en vue, mais Laurent Stocker est souvent sollicité, comme le sont désormais Hervé Pierre et Loïc Corbery. Le 7e art français aime puiser dans le vivier du Français. Grégory Gadebois, par exemple, a quitté la maison en 2011, mais il y a passé des années qui ont été formatrices. , lui aussi, a pas mal tourné. Il s'est toutefois promis de se consacrer entièrement au travail très prenant d'administrateur. Il serait maintenant temps que les réalisateurs s'intéressent aux femmes remarquables qui sont légion.

C'est en découvrant les films que Muriel Mayette-Holtz a initiés avec Olivier Giel, directeur des opérations extérieures et de l'audiovisuel, que l'on prend la mesure de leur talent et de leur photogénie. Des cinéastes originaux, s'inspirant d'une mise en scène tout en faisant une uvre très personnelle, sont au travail depuis quelques années: Mathieu Amalric a réinventé L'Illusion comiquede Corneille, Arnaud Desplechin vient de présenter son admirable film d'après La Forêt d'Alexandre Ostrovski, et Valeria Bruni-Tedeschi a réaliséLes Trois S urs. Quant à Vincent Macaigne, il est l'un de ces cinéastes qui ont accepté les règles d'un jeu passionnant au budget serré, au tournage très rapide qui se révèle très fertile.

Choix pas toujours fructueux

Pendant ce temps, au Français, le public est là. La fréquentation 2013-2014 s'établit à 92 % de places payantes. Ce qui est un record et un pourcentage que peuvent lui envier tous les théâtres. Les abonnés ont afflué sous ses mandats. Ils étaient 9 800 en 2013. La Comédie-Française est à nouveau attrayante et les jeunes comédiens n'hésitent plus à entrer dans la troupe. Elle a eu des initiatives audacieuses, notamment au moment des travaux nécessaires de la salle Richelieu, en impulsant ce «Théâtre éphémère» que le public a adoré et qui a permis de jouer sur place.

Elle s'est parfois trompée aussi. Ses choix de metteurs en scène n'ont pas toujours été fructueux. Elle a confié ces derniers mois de nombreux spectacles à des artistes maison qui n'ont pas l'étoffe de grands directeurs d'acteurs. Par ailleurs, la troupe a quelquefois reproché à son administratrice générale de ne pas avoir invité de «grands» metteurs en scène à les diriger. Elle-même regrette que Deborah Warner ou Christoph Marthaler n'aient pas travaillé au Français, et Éric Ruf, dans ses premières confidences, évoque les noms d'Ostermeier ou du «jeune maître» Sivadier. Podalydès, quant à lui, citait cet hiver tout le gotha de la mise en scène internationale, de Warlikowski à Castellucci. Encore faudra-t-il que ces artistes acceptent les conditions de travail complexes de la troupe, qui, jouant en alternance, n'est que très peu disponible pour les longs temps de maturation. Mais, l'année prochaine, l'administratrice sortante a programmé la Suisse Lilo Baur et le Québécois Denis Marleau, deux personnalités éminentes et connues internationalement.

Éric Ruf compte sur «l'opiniâtreté, la persuasion» pour faire venir place Colette ces metteurs en scène qui font rêver les comédiens-français. Il parle de développer les tournées. Mais cela, Muriel Mayette-Holtz y a déjà veillé et avec un esprit d'entreprise certain.

Le nouvel administrateur va se trouver confronté à des problèmes qu'avait analysés Muriel Mayette-Holtz: le Studio-Théâtre devra être abandonné. Cette salle manquera. Mais manque également une plus grande salle susceptible de répondre à l'engouement passionné du public. Sans doute devra-t-il envisager une troupe plus nombreuse, de manière à reprendre des spectacles, les exploiter en tournée ou sur de plus longues périodes.


Related Articles:
shop moncler
moncler.com
gamme bleu moncler
moncler pas cher chine
moncler doudoune
www.moncler.fr