moncler outlet suisse

moncler outlet suisse

L'aviation israélienne a bombardé dimanche une école gérée par l'UNRWA, l'agence de l'ONU chargée de l'aide aux réfugiés palestiniens, à Rafah, dans le sud de la , faisant au moins dix morts et une trentaine de blessés, rapportent des sources médicales. Des témoins ont précisé que l'entrée de l'école, qui abrite plusieurs centaines de personnes, avait été touchée par un missile. L'armée israélienne a reconnu dimanche soir avoir déclenché un tir sur une cible proche de l'école. «L'armée israélienne a pris pour cible trois terroristes du Jihad islamique montés sur une moto à proximité d'une école de l'UNRWA à Rafah. Les forces de défense d'Israël examinent les conséquences» de cette frappe, a-t-elle dit.

«C'est un scandale du point de vue moral et un acte criminel», a réagi Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations unies a qualifié les faits de «nouvelle violation flagrante du droit humanitaire international». «Cette folie doit cesser», a-t-il encore martelé dans un communiqué de son porte-parole, appelant Israël et le Hamas à cesser les combats et à négocier un accord de paix au Caire. Il a aussi affirmé que cette attaque contre des civils, comme les autres, devait faire l'objet d'une «enquête rapide» et que les responsables devaient rendre des comptes. Sans attribuer explicitement la responsabilité de l'attaque de Rafah à l'un ou l'autre camp, Ban Ki-moon a souligné que l'armée israélienne a été «à de nombreuses reprises informée de la localisation» des refuges de l'ONU. Ces refuges «doivent être des zones sécurisées et non des zones de combats», a-t-il souligné.

François Hollande a déclaré se joindre «au Secrétaire général des Nations Unies pour demander que les responsables de cette violation du droit international répondent de leurs actes». Washington s'est également dit «consterné» par le nouveau bombardement. «Nous insistons une nouvelle fois sur le fait qu'Israël doit faire plus pour respecter ses propres standards et éviter les victimes civiles», a indiqué la porte-parole du département d'État. Jen Psaki a également appelé à une enquête concernant les récentes attaques menées contre des écoles gérées par l'UNRWA. «Le fait de suspecter que des activistes opèrent non loin des écoles ne justifie pas des frappes qui mettent en péril la vie de tant de civils innocents», a ajouté la porte-parole.

C'est la troisième fois en dix jours qu'une école de l'ONU est atteinte. Depuis le début de l'opération «Bordure protectrice», le 8 juillet, plusieurs établissements gérées par l'agence onusienne où des milliers de civils palestiniens ont trouvé refuge ont été victimes de frappes israéliennes, , dans le nord du territoire, mercredi dernier, où 15 personnes au moins ont perdu la vie. L'UNRWA avait ouvertement accusé Israël d'être à l'origine du drame. L'armée israélienne a dit avoir répliqué à des tirs d'obus de mortier menés à proximité. , le 24 juillet, une précédente attaque contre une autre école de l'agence onusienne a fait également 15 morts. Au total, plusieurs dizaines de réfugiés palestiniens ont été tués dans ces frappes, de même que neuf employés de l'UNRWA.

En parallèle, des stocks de roquettes ont été découverts à trois reprises dans des écoles vides du réseau de l'UNRWA, a fait savoir l'agence onusienne. Selon l'armée israélienne, le mouvement islamiste palestinien utilise les civils comme «boucliers humains» en tirant depuis des zones habitées ou en dissimulant armes et centres opérationnels dans des écoles, des mosquées ou des hôpitaux.


Related Articles:
doudoune longue moncler femme
doudounes moncler
moncler doudoune solde
moncler chaussure
pas cher moncler
veste doudoune moncler