doudoune moncler femme pas chere

doudoune moncler femme pas chere

Le Dr. Kent Brantly (D), médecin américain contaminé par Ebola, descend de l'ambulance à l'hôpital universitaire Emory d'Atlanta, le 2 août 2014. (AP Photo/WSB-TV Atlanta) METRO ATLANTA TV OUT/GAMS104/822407735394/METRO ATLANTA TV OUT/1408022056 AP/SIPA

ÉPIDÉMIE - Les complotistes se sont emparés du rapatriement de deux Américains contaminés pour critiquer l’administration Obama...

A quel point les Am ricains doivent-ils s inqui ter?L arriv e samedi sur le sol am ricain du Dr Kent Brantly, 33 ans, qui doit tre suivie mardi de sa coll gue Nancy Writebol, tous deux contamin s par le virus Ebola au Liberia, a d clench dans la presse am ricaine une salve d articles pour tenter de rassurer la population.

La direction des Centres f d raux am ricains de contr le et de pr vention des maladies (CDC) a en effet re u des emails d plaisants et une centaine d appels d individus demandant pourquoi les deux Am ricains atteints d Ebola avaient t autoris s entrer aux Etats-Unis. Les complotistes am ricains, au premier rang desquels le c l bre Alex Jones, se sont galement empar s de ce rapatriement pour critiquer l administration Obama. Jones y voit le signe qu on cherche susciter la terreur et l effroi, afin d imposer une tyrannie m dicale encore plus forte , .

Strictes mesures de pr caution

A l instar du , de ou de la , la presse outre-Atlantique explique donc les raisons pour lesquelles le risque est minime. D abord parce que Kent Brantly est soign l h pital universitaire Emory, Atlanta, l un des quatre h pitaux du pays sp cialement quip pour traiter en isolement ce type de malade. Dans ces conditions, le risque de voir le virus se propager en dehors de la zone d isolement de l h pital est tr s faible, . L agence pr cise que le service des maladies infectieuses de cet tablissement a t cr en 2002 pour soigner les m decins du CDC contamin s lors de leur mission. Kent Brantly est d ailleurs sorti samedi de l ambulance envelopp dans une paisse combinaison et aid par une autre personne galement prot g e qui l a guid jusqu l entr e du b timent.

Son m decin, le Dr. Bruce Ribner, a indiqu que de strictes et nombreuses mesures de pr caution avaient t prises pour le soigner. Il a ainsi expliqu qu l int rieur de l unit de soins, le patient tait totalement isol de quiconque ne porte pas d quipement de protection, que le service fonctionnait avec une pression de l air n gative -l air peut entrer mais ne ressort qu une fois pass e une barri re de filtres retenant les germes-, que tous les tests de laboratoires sont faits dans l unit de soins, et que le personnel m dical est hyper-entra n .

Traitement exp rimental

De plus, le Dr Tom Frieden, directeur des CDC, a rappel que le virus se transmet seulement par des contacts directs avec des fluides corporels d un malade ayant des sympt mes. Il a aussi soulign que Kent Brantly tait soign sur le sol am ricain pour lui donner une chance de survivre, en renfor ant ses d fenses dans l espoir qu il surmonte l attaque du virus. Et, alors que le m decin a t rapatri aux Etats-Unis il y a seulement deux jours, dans un tat jug stable mais grave vendredi, son tat de sant para t s am liorer . Car, m me si aucun rem de n existe contre Ebola, . Selon et , Kent Brantly aurait re u l un de ces traitements exp rimentaux, le ZMapp, qui n avait pas encore t test sur l homme.

Le second patient am ricain atteint d Ebola, Nancy Writebol, qui travaillait comme Kent Brantly pour l organisation caritative Samaritan s Purse, aurait galement re u ce traitement. Elle en provenance du Liberia. Elle voyagera bord du m me avion sanitaire que Kent Brantly, quip d une unit d isolement portable.


Related Articles:
doudoune moncler homme occasion
doudoune moncler pas cher france
doudoune ski femme moncler
moncler femme occasion
doudoune homme pas cher moncler
doudoune moncler longue